Manifeste pour une géographie environnementale: Géographie, écologie, politique par Denis Chartier

Manifeste pour une géographie environnementale: Géographie, écologie, politique

Titre de livre: Manifeste pour une géographie environnementale: Géographie, écologie, politique

Éditeur: Presses de Sciences Po

Auteur: Denis Chartier


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Denis Chartier avec Manifeste pour une géographie environnementale: Géographie, écologie, politique

La géographie française s’est toujours refusée à aborder la question
écologique sous un angle véritablement politique. Pourtant,
devant les crises environnementales qui se multiplient et face
au spectre de l’écolo-scepticisme qui hante la pensée politique
française, la géographie peut et doit se refonder.
Ce Manifeste pour une géographie environnementale marque une
volonté collective de dépasser les pratiques individualisées pour
interroger la place épistémologique et politique d’une géographie
confrontée à l’irruption de l’environnement. Il aborde l’histoire
de la discipline dans ses relations aux politiques de la nature,
développe des comparaisons internationales, notamment avec la
political ecology, et introduit les grands domaines d’investigation
d’une géographie à l’appareillage conceptuel renouvelé par les
politiques de l’Anthropocène.
Il montre que les géographes doivent abandonner une position
surplombante pour accepter que leur discipline soit transformée
par l’environnement, seul moyen pour elle d’être scientifi quement
et politiquement pertinente dans le monde d’aujourd’hui.
ne cesse de se renégocier au fi l du temps, des événements de
la vie, des jeux entre conscient et inconscient, entre individu
et collectivité, entre passé et présent... Dans cette chaîne
permanente de recompositions personnelles, comment les croyances
évoluent-elles ? À quelles injonctions obéissent les ruptures ou les
continuités dans la transmission des convictions politiques ?
Réfl exions croisées de sociologues, politistes, philosophes,
historiens et psychologues sur nos identités politiques de plus
en plus mobiles, les contributions de cet ouvrage donnent à
voir les ressorts des changements politiques qui façonnent
l’histoire comme les histoires de vie. Il met au jour la manière
dont le politique est travaillé par le temps, qu’il s’agisse du
temps collectif des générations ou de celui, plus intime,
des âges de la vie.

Livres connexes

La géographie française s’est toujours refusée à aborder la question
écologique sous un angle véritablement politique. Pourtant,
devant les crises environnementales qui se multiplient et face
au spectre de l’écolo-scepticisme qui hante la pensée politique
française, la géographie peut et doit se refonder.
Ce Manifeste pour une géographie environnementale marque une
volonté collective de dépasser les pratiques individualisées pour
interroger la place épistémologique et politique d’une géographie
confrontée à l’irruption de l’environnement. Il aborde l’histoire
de la discipline dans ses relations aux politiques de la nature,
développe des comparaisons internationales, notamment avec la
political ecology, et introduit les grands domaines d’investigation
d’une géographie à l’appareillage conceptuel renouvelé par les
politiques de l’Anthropocène.
Il montre que les géographes doivent abandonner une position
surplombante pour accepter que leur discipline soit transformée
par l’environnement, seul moyen pour elle d’être scientifi quement
et politiquement pertinente dans le monde d’aujourd’hui.
ne cesse de se renégocier au fi l du temps, des événements de
la vie, des jeux entre conscient et inconscient, entre individu
et collectivité, entre passé et présent... Dans cette chaîne
permanente de recompositions personnelles, comment les croyances
évoluent-elles ? À quelles injonctions obéissent les ruptures ou les
continuités dans la transmission des convictions politiques ?
Réfl exions croisées de sociologues, politistes, philosophes,
historiens et psychologues sur nos identités politiques de plus
en plus mobiles, les contributions de cet ouvrage donnent à
voir les ressorts des changements politiques qui façonnent
l’histoire comme les histoires de vie. Il met au jour la manière
dont le politique est travaillé par le temps, qu’il s’agisse du
temps collectif des générations ou de celui, plus intime,
des âges de la vie.La géographie française s’est toujours refusée à aborder la question
écologique sous un angle véritablement politique. Pourtant,
devant les crises environnementales qui se multiplient et face
au spectre de l’écolo-scepticisme qui hante la pensée politique
française, la géographie peut et doit se refonder.
Ce Manifeste pour une géographie environnementale marque une
volonté collective de dépasser les pratiques individualisées pour
interroger la place épistémologique et politique d’une géographie
confrontée à l’irruption de l’environnement. Il aborde l’histoire
de la discipline dans ses relations aux politiques de la nature,
développe des comparaisons internationales, notamment avec la
political ecology, et introduit les grands domaines d’investigation
d’une géographie à l’appareillage conceptuel renouvelé par les
politiques de l’Anthropocène.
Il montre que les géographes doivent abandonner une position
surplombante pour accepter que leur discipline soit transformée
par l’environnement, seul moyen pour elle d’être scientifi quement
et politiquement pertinente dans le monde d’aujourd’hui.
ne cesse de se renégocier au fi l du temps, des événements de
la vie, des jeux entre conscient et inconscient, entre individu
et collectivité, entre passé et présent... Dans cette chaîne
permanente de recompositions personnelles, comment les croyances
évoluent-elles ? À quelles injonctions obéissent les ruptures ou les
continuités dans la transmission des convictions politiques ?
Réfl exions croisées de sociologues, politistes, philosophes,
historiens et psychologues sur nos identités politiques de plus
en plus mobiles, les contributions de cet ouvrage donnent à
voir les ressorts des changements politiques qui façonnent
l’histoire comme les histoires de vie. Il met au jour la manière
dont le politique est travaillé par le temps, qu’il s’agisse du
temps collectif des générations ou de celui, plus intime,
des âges de la vie.